Délégation Française de 420

 

 

 

Compte Rendu du Championnat du Monde 420 

 

Auckland 2007

 

- du 25 décembre 2006 au 11 janvier 2007-

(par Gwenael GBICK)

 

 

 

Une Délégation française très solidaire :

    

 

La régate en quelques chiffres :

 

- 67 équipages masculin-mixtes (répartis pour les phases finales en 34 Gold et 33 Silver)

- 49 équipages féminins

- 27 courses réalisées au total pour les garçons :         

-   9 sur le pré-world,

-  6 en Qualification du World,

- 12 en Finale pour les garçons

- 21 courses réalisées au total pour les féminines :       

-   9 sur le pré-world,

- 12 sur le World,

 

- Vent de 12 à 25 nœuds généralement très shifty (entre 30° et 40° de bascules pendant plus de 18 manches)

 

Bilan Sportif :

 

Un Bilan à court terme mitigé

 

…dans la mesure où les NZL ont clairement dominés les débats chez les Féminines comme chez  les garçons (Les podiums sont 100% NZL et dans le « Top Ten » on comptabilise 6 d’entre eux chez les garçons et 5 d’entre elles chez les filles).

Sur le plan de ce bilan purement comptable, on peut appeler ça une « Razzia » et il n’y a plus qu’à compter les miettes restant aux autres Nations.

 

Petite consolation sportive car après les NZL, nous sommes les mieux placés (2 victoires de manches en phase Finale, des places au Classement général de 1er, 4e, 5e, 7e et 11e Européens chez les garçons et de 5e ,8e et 14e Européennes chez les Féminines).

 

 

Les résultats des français :

Masculin-Rond Or

9

V.Berthez

T. Heurley

SRR

15

12

10

3

15

4

-26

-32

12

16

12

2

159

101

16

M.Lumeau

V.Guillarm

CN Ile Tudy/USAM

-27

17

19

20

9

21

20

14

15

-26

21

5

214

161

17

B.Marcq

J.Mion

Cergy Voile

17

-30

18

22

22

14

15

7

21

14

13

DNC

228

163

22

R.Mary

L.Vergy

SRR

22

15

14

23

11

17

-31

19

19

-29

17

22

239

179

26

B.Belhandouz

R.Bethune

CNP Vatine

-34

23

7

30

30

1

DNF

13

22

17

18

29

259

190

Masculin-Rond argent

4

M.Garbay

T.Haddouche

YCMCarnon

-17

1

5

4

4

16

-24

8

4

7

6

11

107

66

15

V.Guilbaud

C.Mary

CVSQuentin

5

14

14

19

18

-28

21

7

DNF

9

21

10

200

138

Féminines

13

A.Gaboriau

Z.DeKerangat

CNT/SRR

21

-24

1

17

19

21

7

15

15

10

11

-24

185

137

16

M.Laulanet

M.Gayon

CNPle Havre

6

21

31

8

26

19

-32

DNF

17

7

8

7

232

150

 

30

N.Peponnet

M.Boullierce

YC Basque

38

DNF

13

10

33

4

19

11

 DNF

DNS

29

DNF

357

257

 

 

Constat des Forces et faiblesses de notre Délégation Française :

 

Les Forces :

- Engagement et cohésion du groupe :

Ce point était pour Cédric et moi la base de toute organisation.

A ce titre, je suis entièrement satisfait du comportement de l’équipe qui n’a rien lâché du début à la fin de notre séjour (depuis la réception des bateaux à notre arrivée le 27 décembre jusqu’à la dernière manche du World, en passant par le respect des horaires et de la vie en communauté …).

Petite précision afin de remercier particulièrement Nathalie et Jacques pour le rôle majeur qu’ils ont eu dans la constitution de cet « esprit d’Equipe » !

Merci à vous deux !

Cela ne serait pas complet sans une pensée pour Guy, afin de souligné que la Jauge s’est déroulée sans encombre et que les français, entre autres, ont été félicité par Alex (le Chief Measurer argentin) au cours d’un coach meeting.

Grand « coup de chapeau » à toutes et tous !

 

- Adaptation au matériel loué

Je croîs que la vitesse des équipages français était globalement identique à celle des meilleurs (hormis peut-être par rapport à Cooke et Evans dans certaines conditions de vent ; au-delà de 18 nœuds dans la houle).

J’ai pu aussi constater que tous sont montés en puissance sur le plan de la « Speed » au fur et à mesure des journées. Preuve s’il en était besoin, de rappeler le joli tire groupé au passage de la 1ère Bouée à la dernière manche chez les garçons (alors que le podium était déjà joué) : 2e Vincent et Thibault, 4e Romain et Logan, 5e Marie et Vincent et 6e Brice et Jérémie.

L’enfournement de Romain et Logan et la casse de la tête de safran de Brice et Jérémie empêchant de compléter les places d’honneurs prises à l’arrivée par Vincent et Thibault (2e) et Marie et Vincent (5e).

Pour ce faire, de larges réflexions ont eu lieu, parfois individuelles mais collectives aussi, afin de mettre en commun toutes les expériences possibles (repères, réglages statiques du gréement, différences dans la conduite …).

Bref cette progression dans le secteur de la vitesse des bateaux, n’est pas le fruit du hasard, mais bien de cette mutualisation des savoirs et de cette volonté d’aller de l’avant !

 

- Adaptation au plan d’eau

Sur ce point, ma première attention va à Sébastien Col dont les informations sur le plan d’eau nous ont été très précieuses, nous permettant de rentrer d’emblée dans le vif du sujet (question des 2 thermiques qui s’affrontent, des grains pluvieux, non pluvieux et autres effets de sites …).

La zone de course était assez compliquée (fortes variations de direction du vent avec des risées qui se déplaçaient très vite et qui étaient difficiles à identifiées aux approches des bouées au vent)

Cela a été compliqué pour tout le monde et je croîs qu’à ce petit jeu nous avons fait parti des  meilleurs.

Les quelques Faiblesses :

 

- L’inconnue du Matériel loué sur place :

Si le matériel loué a permis aux équipages d’avoir une « bonne vitesse de fond », je croîs cependant que « cela s’est fait dans la lutte ».

Les bateaux n’étaient pas très faciles, ils avaient tendance à enfourner (centre de gravité assez avancé…) et les têtes de safran étaient flexibles (ce qui modifiait considérablement la conduite pour les  barreurs).

Bref, sur ce un plan d’eau au vent très instable, les exigences de conduite ont contraints les équipages à modifier assez franchement leur organisation à bord (barreurs très concentrés sur la conduite et équipiers qui prenaient plus de responsabilité qu’habituellement sur le plan tactique).

Quelle formidable expérience d’adaptabilité au demeurant …

Pour ma part, je croîs qu’il n’y avait pas d’autres options possibles que de louer sur place, compte tenu des contraintes temporelles d’acheminement des bateaux par containers (Sélection en novembre).

A ce titre je remercie particulièrement Charles, Pierre, Christian et tous ceux qui ont œuvrés pour que cette lourde logistique de réservation de bateaux sur place ait pu avoir lieu.

Sans eux, cette formidable aventure n’aurait jamais vu le jour !

A signaler aussi la grande disponibilité de Richard et de Blair (« Kiwi-Yachting ») afin de nous aider dans les secteurs de la mise au point du matériel sur place.

Merci encore !

 

En conclusion, il faut retrousser les manches dès maintenant afin de bien préparer les Championnats d’Europe de l’été prochain pour truster les podiums (les NZL nous ont montrés le chemin) !

Ne perdons pas de vue non plus les prochains Mondiaux : 2008 arrivera très vite …

… et les podiums sont vraiment à portée d’étraves !

 

Bilan à moyen et long terme super-encourageant 

 

- Très belle Adaptation à du matériel que l’on ne connaît pas (belle montée en puissance des équipages sur le plan de la vitesse).

Objectif : CONSERVER  CETTE  METHODE  EN  TETE !

 

- Un engagement maximal des équipages :       

- « une place, 1 point ! »

                                               - « Bonne récup en navigation et le soir » (hydratation et étirements)

                                               - « Check matos » chaque soir

                                               - Une devise à afiner : « Serein mais …»

 

- Un gros travail individuel sur la gestion de l’objectif.

 

- Une Excellente préparation pour les Championnats d’Europe de l’été prochain (en attendant les Mondiaux de 2008)

 

- Des rencontres et une expérience unique au milieu d’un peuple particulièrement accueillant (échanges avec Chris Dickson, navigation sur un « Class América », séjour dans un pays où la Voile est reconnue et autres Fortunes diverses).

Et qui sait …

… De futures vocations sont peut-être nées …

 

  

 

 

 

Enfin, voici quelques pistes sur les ingrédients du succès NZL (glanées tout au long du séjour).

 

« La Force Néo-Zélandaise » :

 

- Une Excellente connaissance du plan d’eau (Spot très spécifique où ils avaient installé leur base d’entraînement depuis plusieurs mois).

 

- Un matériel et une conduite adaptée (bateau très stable, peu de régulation à l’écoute, beaucoup de variation des VMG en fonction des positions tactiques …)

 

- Naviguent plus en moyenne :

            Combien de fois par semaine ?

- 5 x / semaine printemps-été

- 1x / semaine au Minimum l’hivers (régate du WE)

- Thèmes abordés à l’entraînement : essentiellement les « Speed-Testing »

  (Important ; ils sont habitués à les faire dans des vents très instables en direction …)

            Nombre d’équipages à chaque entraînement ?

- par petits groupes (ils sont 5 bateaux sur Takapuna /exemple)

 

- Régatent plus aussi !        

- 1 régate / semaine (tous les dimanches : 3 short-races / après-midi)

- Le principe : petite superficie de territoire

                        Auckland = Centre névralgique du 420

                        Tous les équipages sont à 3 H de route (au plus loin) d’Auckland

                        Ont décidés de se retrouver chaque WE (entre 10 et 20 bateaux)

 

- L’arrivée de Simon Cooke sur le circuit :

                        - Champion du Monde de 470, Sélectionné aux JO

                        - Il a fait du 420 un business (dérives, safrans, voiles …), ce qui implique une réflexion

  et une mise au point du matos (adaptation particulière à ce plan d’eau ?)

  Une chose est certaine, il est l’élément moteur de l’Equipe NZL !

 

                                                        

 

- Constat plus spécifique résultant des différents échanges sur place :         

 

- La mise au point du matériel :

J’ai l’impression, que la plupart des coureurs ne se prennent pas trop la tête là-dessus.

Ce qui compte avant-tout pour eux, c’est de faire des milles.

Ils naviguent et c’est bon !!!

Par contre, Simon Cooke et Evans s’y penchent beaucoup (d’après ce que j’ai compris).

- Des aménagements horaires avec les écoles :

Non ; terminent les cours à 15 H 00

(ce qui laisse du temps pour faire du Sport ou naviguer)

            - Côté « Prépa Physique » :          

                        Pas de programme spécifique (mais attention, la NZ est une Nation qui a la Culture du

Sport)

            - L’encadrement :

                        Les coachs ne sont pas très présents au quotidien (les équipages s’entraînent souvent

seuls).

                        Les coachs sont plus présents sur les WE (régates) et sur les Stages          

- Le « HAKA » : une Formidable émulation Nationale !!!

 

         

 

             

 

Bravo encore à cette très belle « Equipe Nationale » et en souhaitant vivement que ce Championnat aux Antipodes ait été vécue par tous, comme une formidable étape à une carrière sportive méritoire !

 

A très bientôt pour la suite du programme …

 

 

Carnon, le 18 janvier 2007

 

Gwenael GBICK (coach)